Combattre les idées reçues

/Other/SecurityPoint/Logo_Obs_Secu.jpg

Par méconnaissance du secteur ou par manque d’information, les consommateurs ont parfois des idées reçues sur la serrurerie. L’Observatoire de la Sécurité entend bien les combattre… Testez vos connaissances avec ce vrai ou faux.

 

  • Le meilleur moyen de sécuriser son domicile est d’installer un système d’alarme
    Faux.
    Lorsque l’alarme retentit, le cambrioleur a déjà réussi à pénétrer à l’intérieur d’une maison ou d’un appartement. Si le bruit alerte vos voisins, des agents de sécurité ou les forces de l’ordre, le voleur dispose tout de même de plusieurs minutes pour s’emparer de son butin.

 

  • Toutes les serrures ne se valent pas face à une effraction
    Vrai.
    D'où l’intérêt d’investir dans des solutions de sécurité éprouvées et approuvées par les professionnels du secteur En la matière, le label a2p est de loin la meilleure des garanties puisque le 1er niveau de certification, correspond une résistance de 5 minutes en laboratoire, soit 10 minutes en conditions réelles. Or, si une serrure tient plus de 4 minutes, la grande majorité des cambrioleurs renonce à sa tentative d’effraction !

 

  • Clés, cylindres, serrures… ça coûte cher !
    Faux.
    A partir de 175 euros TTC, vous pouvez vous offrir un cylindre et ses 4 clés colorées, incopiables à vie, en version a2p*. Et, pour 950 € TTC, vous pourrez installer chez vous une serrure à 3 points de fermeture, label a2p**, renforcée par un ensemble de porte blindé, le tout livré avec un cylindre haute sécurité et clés protégées contre la reproduction jusqu'en 2019 ! Aujourd’hui, il existe des solutions efficaces, adaptées à toutes les bourses.

 

  • Le marché de la serrurerie a du mal à évoluer…
    Faux.
    Tout en assurant une sécurité optimale, les fabricants développent des solutions innovantes, répondant aux attentes des consommateurs qui souhaitent plus de praticité, de confort et d’esthétisme. Par ailleurs, depuis quelques années, l’électronique a fait une entrée remarquée dans le monde de la serrurerie, d'abord pour les professionnels et aujourd'hui pour les particuliers.

 

  • Les consommateurs ne font plus confiance aux serruriers pour s'équiper
    Faux.
    Lors de la dernière étude de l'Observatoire, à la question "Si vous deviez rechercher des informations concernant les produits existant pour la protection de votre domicile contre le cambriolage, vers qui vous tourneriez-vous ?", les Français  sont 35 % à citer le serrurier. Il arrive juste derrière l'artisan, spécialiste du bâtiment (44%). Preuve que les professionnels restent les interlocuteurs privilégiés des particuliers !